Liste des faits

Depuis mars 2014, la MJC de Verdun/Garonne est l'objet d'attaques systématiques, récurrentes et mensongères de la part de la nouvelle municipalité qui semble s'être fixé pour objectif l'anéantissement de cette association pourtant reconnue, citée en exemple dans toute la région et forte d'un large soutien comme en témoignent les près de 1500 signatures recueillies par la pétition fin 2015.
Les raisons de cet acharnement restent difficiles à comprendre si on considère que la nouvelle municipalité dit vouloir soutenir la MJC.
Quelques exemples :
- Lors de la première participation de la nouvelle municipalité au CA de la MJC, après avoir demandé aux membres du CA de se "réformer intellectuellement", une adjointe a exigé qu'on lui remette les contrats de travail, les bulletins de salaires, les emplois du temps du personnel de l'association… Depuis quand et, surtout, de quel droit des élus municipaux peuvent-ils s'immiscer à ce point dans le fonctionnement d’une association ?
- Le rapport moral 2014 du Président, présenté lors de l'assemblée générale de la MJC du 19 juin 2015 et approuvé à 92,9 %, aurait provoqué une vive émotion chez une partie du conseil municipal de Verdun au point de faire l'objet d'une étude de texte détaillée lors de la séance du 1er juillet 2015.
Le compte rendu de cette séance du conseil municipal témoigne d'une lecture et d'une interprétation que nous préférons croire inappropriée et erronée plutôt que tendancieuse.
- Plus récemment, dans le dernier bulletin municipal (Actus N°7, page 29, rubrique « Les tribunes politiques »), la MJC est décrite comme «le deuxième pilier d’un système» qui profitait «d’une politique clientéliste» de l'ancienne municipalité.
Est-il acceptable qu’une association d’éducation populaire, apolitique par essence, soit attaquée dans une tribune politique ? Est-il normal que le soutien passé à toutes les associations, qui ont participé au développement du territoire, soit aujourd’hui qualifié «de politique clientéliste» ?
- Dans cette même tribune, la nouvelle municipalité affirme que la MJC aurait reçu 269 048 € de subventions diverses en 2013. Outre le fait que cela reflète une lecture erronée du grand livre des comptes de la Mairie, ce mensonge traduit surtout une volonté de nuire à une association qui travaille dans l’intérêt général depuis des décennies.
En réalité, le chiffre 269 048 € englobe la totalité des prestations de service effectuées par la MJC à la demande de la Mairie en 2013, dont la mise à disposition d’un professeur de musique aux écoles, les prise en charge de l'interclasse, etc…. ainsi que des charges de bâtiments publics qui n’incombent pas seulement à la MJC mais aussi à la médiathèque et à tous ceux qui profitent du lieu, .... En réalité, moins d'un tiers de la somme annoncée a été réellement affectée à la MJC pour des activités menées par l’association.
- Pourquoi la nouvelle municipalité a-t-elle pris contact avec le CRIJ (Centre Régional de l’Information Jeunesse) pour demander la création d'un "vrai PIJ" (Point Information Jeunesse) à Verdun ? Quelle a dû être sa déception quand elle a appris qu'il y en avait déjà un et qu'il est même labellisé par l'état (sans doute lui aussi complice de l'ancien système...), comme tous ceux qui accompagnent la MJC depuis de nombreuses années (Région, Département, Communauté de Communes, CAF, MSA auraient-ils eux aussi participé à une politique clientéliste?
Arrêtons là cette liste qui pourrait prendre plusieurs pages et finirait par lasser... et posons-nous la question : quels sont les objectifs et les arrière-pensées de ce travail de destruction entrepris par la nouvelle municipalité ? S'agirait-il de casser "l'ancien système" pour en construire un nouveau avec qui et comment ?
Pourquoi tant de mensonges sur la MJC et sa gestion, sur de prétendues "subventions clientélistes" attribuées au détriment des contribuables verdunois ?
La MJC est une association "loi de 1901" libre de toute attache partisane ou confessionnelle ; sa gestion est saine et rigoureuse, ses comptes sont audités et certifiés tous les ans par un commissaire aux comptes indépendant. Chacun peut le vérifier dans le compte-rendu de l'assemblée générale disponible sur le site de la MJC (http://fr.calameo.com/read/0009451200055f40ff0a9 )
Nous voulons rappeler qu'une MJC est un lieu d’éveil, de culture, d’éducation, d’épanouissement et d’émancipation et que le mouvement des MJC est fondé sur les valeurs de l’esprit associatif, de l’éducation populaire et de la participation des jeunes et des moins jeunes pour tisser du lien social, lutter contre les discriminations et favoriser l’engagement à la citoyenneté.
En 60 ans, notre MJC est devenue un lieu de vie et d'expression incontournable du canton (et même au-delà) dont l'utilité est reconnue ; ses équipes travaillent dans le respect des personnes et des lois de la République.
Alors, n’en déplaise à certains, nous poursuivrons nos missions la conscience tranquille et les yeux tournés vers l’avenir avec de nombreux projets qui verront le jour car notre principale préoccupation est le bien-être des adhérents, la pérennité de nos salariés, l’engagement de nos bénévoles et surtout l’intérêt général.
Le Président - Roland SOTTERO

 

Liste des faits :

1er point : suppression du financement du poste de direction en 2014. Jusqu'à présent, il était pris en charge par la Mairie à 60% de façon à préserver l'équilibre financier de la MJC et lui permettre ainsi de remplir pleinement son rôle sur le territoire. La nouvelle municipalité a proposé au directeur de la MJC un CDD de 3 mois renouvelable 4 fois ou bien un poste sur la FRMJC (avec un coût supérieur de 7 000 € de frais de gestion). Il est clair que l'éloignement du directeur était souhaité au sein de la structure mais aussi lors des conseils d'administration, dont il est membre de droit.... La Communauté de Communes, quant à elle, a maintenu son aide pour le financement d'une partie de ce poste.

2ième point : quelques jours après les élections, l'adjointe enfance jeunesse demande à la direction de la MJC, tous les contrats de travail, emplois du temps et bulletins de paie de tous les salariés. Elle signe dans le magazine municipal un article dans lequel elle affirme que la MJC ne fait pas partie de la Fédération Régionale des MJC, ce qui est entièrement faux car nous en sommes adhérent depuis 1955.

3ième point : interdiction de stationner le mini bus aux ateliers municipaux. Ce qui était possible ne l'est plus. Merci donc à Benoît SALTY qui nous a proposé un garage pour le stationnement du mini bus de la MJC.

4ième point : récupération du local mis à disposition pour le stockage du matériel de la MJC (en face de la salle du Little pub) pour l'octroyer à une autre association.

5ième point : début juin 2015, nous avions demandé le renouvellement d'un contrat aidé d'un agent de ménage mis à disposition (contrat financé par le Conseil Départemental). Réponse donnée par la Mairie fin août, la veille de la reprise de l'agent avec une diminution du nombre d'heures de travail qui est passé de 26 heures hebdomadaires à 15 heures, avec l'interdiction de nettoyer les bureaux de l'espace culturel mais simplement les parties communes.

6ième point : liste, des propositions d'investissements et petits travaux, proposée par la MJC, pour maintenir le bâtiment et le mobilier dans un état correct, et refusée par la Mairie pour l'exercice de 2015 :
- Remplacements de quelques chaises coques, REFUSE
- Peinture hall d'accueil (qui date de 1998), REFUSE
- Remplacement de la porte du cinéma par une porte vitrée, REFUSE
- Reprise de l'enduit sous le porche de l'accès principal, REFUSE
- Aménagement d'un placard de rangement pour les activités qui fréquentent l'atelier des arts, REFUSE
- Changement des stores de la coursive en place depuis 1998, REFUSE
- Installation d'un système pour l'envoi de SMS groupés afin d'informer les familles de l'absence d'un professeur. Plus rapide et surtout plus économique, REFUSE
- Installation de matériel dans la salle de sport pour les entraînements de karaté, REFUSE
- Remise en fonction des douches, rendues inaccessibles par la présence de légionellose, due à la faible utilisation du circuit d'eau, EN ATTENTE DEPUIS PLUS DE 1 ANS 1/2
- Réparation des projecteurs de la coursive REFUSE
- Jeux dans le jardin de l'espace culturel cassés et non réparés depuis mars 2015, ils ont été enlevés fin octobre 2015. CHERCHER L'ERREUR ?
- Les chemins d'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ne sont pas entretenus, des ornières bordent le passage

7ième point : rubrique photocopies - L'attribution des contingents de photocopies a été supprimée pour les accueils de loisirs enfants, ados et l'école de musique ainsi que l'accueil des associations qui a été déplacé à la Mairie. Depuis de nombreuses années, la Mairie prenait à sa charge un nombre de photocopies pour les associations qui en avaient fait la demande et celles-ci venaient à la MJC pour leurs tirages. Aujourd'hui, les associations doivent se rendre à la Mairie pour faire leurs photocopies. La MJC garde le photocopieur mais passe par la Mairie pour la commande du papier. Pour l'anecdote, un matin, le directeur s'est rendu à la Mairie pour récupérer la commande de papier envoyée par mail 15 jours avant et aucun stock disponible ? Bien vu, le désagrément incombe seulement à la MJC ! Ouf, les associations locales ne seront plus informées. Et, surtout bravo pour les économies, car bien sûr la Mairie a acheté un 2 ème photocopieur pour les associations.

8ième point : Le Point d'Information Jeunesse de la MJC fera en 2016 l'objet d'une mutation parce que la Mairie souhaite le reprendre en direct (paroles de Mme CORBINEAU, à l'assemblée générale de la MJC). Rassurez-vous, un élu de la Mairie a rencontré le Directeur du centre régional d'information jeunesse de Toulouse qui lui a répondu que ce n'était pas possible car le Point d'Information Jeunesse de Verdun/Garonne est labélisé par l'Etat et fonctionne très bien. De ce fait, la Mairie supprime l'aide au fonctionnement du PIJ qui était pour 2015 de 24 000 €.

9ième point : aucun président de clubs sportifs de la MJC, n'a été invité à la remise des trophées du sport par la Mairie à l'occasion de la Fête Saint Michel de septembre 2015. Par contre, un élu n'a pas hésité à proposer à certains responsables d'activités de quitter la MJC en échange d'une subvention.

10ième point : les Temps d'Activités Périscolaires à l'école - Fin juin 2014, la Mairie a décidé de récupérer la gestion des Temps d'Activités Périscolaires et n'a gardé que 2 animateurs sur 6, qui étaient employés par la MJC. Alors que l'ensemble du personnel devait être repris (code du travail). Le prétexte évoqué était qu'une animatrice en poste à la maternelle et dont le travail était irréprochable depuis deux ans, est soudainement jugée incompétente. La MJC a assuré les salaires jusqu'à la fin des contrats, c'est à dire fin août 2015 (perte financière pour la MJC 5 584,63 €).
La Mairie avait une dette sur cette prestation dont elle s'est acquittée partiellement un an après pour un montant de 10 000 €.
Aujourd'hui, contrairement à ce qu'affirment certains élus, le coût du Temps d'Activités Périscolaires a été multiplié par deux au minimum, alors qu'une adjointe, soutenue par un autre élu, avait annoncé que cela ne coûterait pas plus cher que quand c'était la MJC qui le gérait car nous ne faisions pas appel à des contrats aidés. Cela est faux, la MJC avait uniquement 2 CDI sur l'ensemble des animateurs, de plus, ce sont ces 2 mêmes animateurs qui ont été repris par la Mairie ! Aujourd'hui, sur l'ensemble de l'équipe d'animateurs du périscolaire, seulement 3 contrats sont des contrats aidés, les autres sont des CDD, donc sans aide de l'Etat. Combien coûte ce service aujourd'hui ? Et restera-t-il gratuit pour les familles ?

11ième point : la récupération du Little Pub - La Mairie souhaite récupérer ce lieu et le louer pour en récupérer les bénéfices sous prétexte que nous sommes dans l'illégalité et que nous magouillons vis-à-vis de l'exploitation de cette salle. (Parole d'un élu). Nous nous permettons de vous rappeler que c'était un ancien débarras mis à disposition par la mairie du temps de M. Jean DUSSOL (ancien Maire) et entièrement réhabilité par les jeunes de Verdun, équipé, climatisé avec les fonds propres de la MJC. De nombreuses activités l'utilisent et profitent de ces équipements. La MJC en assure l'entretien et afin de pallier les investissements et les frais de fonctionnement, le met à disposition des activités de la MJC, de ses adhérents, des associations locales en échange d'une cotisation, votée par le conseil d'administration et la Mairie. La municipalité dénonce ce procédé en prétendant que la MJC fonctionne dans l'illégalité et met donc la main sur ce lieu à forte convivialité. Je vous rassure, après avoir informé les services de l'Etat et produit les différentes pièces justificatives, l'inspecteur confirme qu'il n'y a pas de défaut à notre fonctionnement. Ce qui n'a pas empêché la Mairie dès la fin 2015 de louer, par anticipation, cette salle à des associations sans tenir compte de la convention de mise à disposition de ce bâtiment avec la MJC.
Ce nouveau fonctionnement souhaité par la commune fera perdre plus de 3000 € à la MJC sur l'exercice 2017. Nous rappelons que l'entretien du lieu est fait par des salariés de la MJC. Cette convention sera dénoncée par la Mairie dès son terme en 2017 avec une proposition de rachat de tous les équipements à hauteur de 75 000 €. Pour une commune qui pratique les économies et les restrictions budgétaires !!!!!

12ème point : Le manque de considération subi par un professeur de l'école de musique de la MJC qui était chargé de l'enseignement musical à l'école primaire pendant le temps scolaire. La municipalité avait décidé de supprimer le financement de ces interventions. Malgré le soutien de l'équipe enseignante de l'école primaire qui était pleinement satisfaite de son travail et de son implication vis-à-vis des élèves depuis de nombreuses années et qui souhaitait reconduire ce programme pour l'année suivante, le professeur découragé par la tournure des affaires et le ton donné, a préféré se retirer.

13ème point : La municipalité avait promis une aide de 600 € à la section karaté de la MJC pour l'organisation d'un stage en février 2015, après plusieurs relances, la somme a été enfin réglée le 22 janvier 2016. La subvention demandée par la Président du Comité Départemental de Billard, pour aider au financement d'un professeur de billard dans le cadre du projet « Billard au collège de Grisolles » la municipalité a donné une réponse positive en juillet, puis négative en octobre, en disant de se rapprocher de la MJC à laquelle elle a versé une subvention pour les activités sportives et culturelles.

14ème point : une lecture systématiquement erronée des chiffres relatifs à la MJC : la Mairie prétend après calcul que les subventions attribuées à la MJC représentent 36 € par habitant alors qu'il s'agit au regard des chiffres publiés de 9 €.

15ème point : La Mairie propose aux différents clubs d'activités de la MJC d'organiser des kermesses, des lotos, des vide-greniers afin de compenser la perte de subventions.

16ème point : Pourquoi la Mairie a demandé au conseil communautaire de faire un appel d'offres pour la gestion des ALSH et de l'école de musique, alors qu'elle prétend soutenir la MJC ? Nous avons très certainement oublié des épisodes, celui-ci allait en faire partie. Citons la majorité municipale dans la dernière parution des tribunes politiques, du bulletin municipal de janvier 2016.

« Nous avons souhaité mettre à jour la politique clientéliste de l'équipe municipale précédente qui a augmenté les subventions etc...
Même traitement pour l'association MJC qui était financée par la commune en 2013 à hauteur de 269 048,74 €. Compte tenu de la crise budgétaire de la ville, cette somme considérable était irresponsable..... Nous secouons un deuxième pilier du système ?»
Quand on se veut précis à 74 centimes d'euro près, pour faire sérieux, il faut également être précis dans l'explication de la répartition des sommes versées, pour être crédible. Et surtout, il ne suffit pas de répéter souvent un chiffre faux pour qu'à la fin il devienne vrai.

En 2013, à la demande de la Mairie, la MJC a mis à disposition des écoles un professeur de musique pendant le temps scolaire (7200 euros) et les animateurs des accueils de loisirs pour garder les enfants à l'interclasse (41000 euros), soit un total de 48200 euros.
En 2013, en l'absence de comité des fêtes, la MJC a organisé la fête Saint Michel (20 000 euros).
En 2013, l'espace culturel a coûté 65 765 euros. Rappelons que la MJC n'est pas seule à utiliser ce bâtiment : la médiathèque, les écoles et différentes associations bénéficient également de ce magnifique espace. Nous estimons notre "coût" à 27000 euros auxquels il faut ajouter 1800 euros pour le Little Pub.
En 2013, du personnel municipal (dont le directeur) était mis à disposition de la MJC pour aider à son fonctionnement.Comme nous l'avons déjà expliqué, les subventions réellement allouées par la Mairie, en 2013, pour le fonctionnement de la MJC ont été de 59600 euros répartis en 30600 pour le cinéma, 23000 pour le PIJ et 6000 pour les expositions.
Aucun club culturel ou sportif de la MJC ne reçoit de subvention de la mairie.

 

Affichages : 2292